Le chant des colibris – l’appel du monde de demain

Le chant des colibris, l’appel du monde de demain, c’est un appel à signer et des rassemblements citoyens dans 6 villes de France de mars à juin 2017.
https://www.lechantdescolibris.fr
Lire la suite

Permaculture, éco-construction & Co

Le Bouchot est une ferme vieille de 300 ans, transformée en lieu d’accueil et d’expérimentation sur la permaculture. La permaculture est calquée sur le modèle du vivant, elle permet de prendre soin de la terre et de l’ensemble de ses habitants de manière durable.
Anne, Jean-Philippe et leur « tribu » ont crée un véritable havre de paix. Ils racontent leur expérience sur place, nous font visiter les lieux en pleine transition vers le printemps, et leurs projets en éco construction. Ils nous font aussi découvrir le incroyables ressources du vivant, et partagent quelques techniques pour créer à notre tour l’abondance. Suivez un bout de cette aventure humaine extraordinaire!

Ferme Le Bouchot - Permaculture , Eco Construction & Co

La conscience de la nature

La conscience de la nature - entretien avec ConradConrad, auteur et conférencier, nous fait prendre conscience du rôle essentiel de la nature dans notre vie. Il explique par quels moyens nous pouvons communiquer avec elle, et en quoi préserver son unité et son équilibre nous permet de retrouver notre véritable essence.

 

Soutenez l’Alliance des Gardiens de mère nature

Vidéo en soutien au crowdfunding ‘Rejoignez les gardiens de la Terre’ (du 21 juin au 31 juillet), avec la participation du Chef Raoni, Paul Watson, Nicolas Hulot, Planète Amazone et le soutien de Pierre Richard et Bernard Lavilliers. Ce film dévoile des images du voyage du célèbre chanteur sur la terre du Cacique Raoni, au coeur de l’Amazonie brésilienne, dans les coulisses de la préparation de l’Assemblée historique de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature.
 » Chères amies, chers amis,
Le 21 juin, le Cacique Raoni, Nicolas Hulot, Paul Watson et Planète Amazone se sont associés pour lancer un appel au financement participatif pour le rassemblement historique, au coeur de l’Amazonie, de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, mouvement mondial pour les générations futures, constitué de chefs indigènes et de personnalités engagées venus de tous les continents. Un grand merci à Nicolas Hulot, Paul Watson, Pierre Richard, Bernard et Sophie Lavilliers et Lamya Essemlali, qui ont accepté sans réserve ni hésitation d’appuyer cette campagne, nous apportant un précieux soutien.

Ne nous arrêtons pas en si bon chemin !
Alliance des Gardiens de Mère Nature
Depuis, la barre des 120 000 € a été franchie en trois semaines, sur un premier objectif de 150 000 €, qui permet la tenue de l’événement et une représentativité intercontinentale des participants. Ne nous arrêtons pas en si bon chemin. Plus la somme que nous aurons collectée sera importante, plus nous pourrons convier de représentants indigènes et enrichir cette assemblée de la diversité extraordinaire que représente chacun de ces peuples. C’est une occasion unique, qui arrive à point nommé dans notre Histoire commune.
Encore une fois bravo à vous tous pour cette impressionnante mobilisation. Ne lâchez rien jusqu’à la fin de l’appel (31 juillet), nous comptons sur vous pour appeler vos connaissances à soutenir également. Comme le dit l’acteur Pierre Richard dans notre vidéo (vue par plus de 1,5 millions de personnes sur Facebook), au fond, ce don que vous faites à l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, c’est un don que vous faites à vous-même, puisqu’il s’agit de défendre les générations futures et le monde que nous devons leur laisser.  »

Gert-Peter Bruch
fondateur de Planète Amazone.

UN DON POUR EUX ? UN DON POUR NOUS TOUS !
Chacun peut participer à son niveau, soit en apportant sa contribution au financement du projet, soit en aidant à sa promotion (si vous connaissez des personnalités qui pourrait s’associer à la campagne ou des journalistes), soit tout simplement en partageant cette publication auprès de tous vos amis et en faisant passer le message.
Crédits du film:
Images, montage et réalisation : Gert-Peter Bruch – Images additionnelles : Gérard Moss (Rio Voadores), Patrick Rouxel (Alma); Sea Shepherd – Musiques : Ed Rig (Edouard Rigaudière) et Anthony D’amario / Film Composer.
Merci à tous, vous faites du succès de cet appel un grand espoir pour l’avenir ! – Planète Amazone

 

Gilles Lartigot : Le pouvoir de l’alimentation

Chroniques d'un fauve dans la jungle alimentaire - Gilles Lartigot - Illustration - © Erwan STEPHANGilles Lartigot, auteur du livre Eat, témoigne de son parcours et de ses prises de conscience sur l’alimentation moderne. Il expose plusieurs faits sur l’élevage industriel et les additifs chimiques, et nous donne quelques pistes pour adopter une alimentation plus saine pour notre corps et notre esprit.

Bio à la Une : Le premier frein au bio est son prix. Inutile de le nier, il a été constaté que les produits bio sont plus onéreux que les autres. Que répondez-vous au consommateur qui argumente : “je ne mange pas bio, car c’est trop cher” ?
Gilles Lartigot :
Le bio est pour moi un terme général. Je fais une grosse différence entre l’agriculture biologique sans produit chimique qu’on va trouver dans les marchés et l’agriculture industrielle qui délivre des perturbateurs endocriniens et facteur de cancer. On peut acheter de la nourriture biologique transformée qui va coûter extrêmement cher, mais qui vient d’où ? Il faut acheter sur les marchés locaux, à des producteurs biologiques. C’est après avoir fait cette démarche qu’on s’aperçoit que ces légumes ne sont pas plus chers que leur équivalent conventionnel. Dans un deuxième temps, il faut penser à revoir son mode alimentaire. Si on décide de manger exclusivement bio tout en continuant à consommer gâteaux, soda ou plats préparés, oui, l’addition va être salée. Il est important de modifier votre mode alimentaire en commençant par intégrer plus de légumes, de légumineuses, en préparant des repas sans viande. On peut se nourrir très sainement en agriculture biologique. Il est également possible de trouver un producteur qui ne sera pas labélisé, mais qui cultivera sans produits chimiques. Il faut savoir que le label bio, en plus de coûter beaucoup d’argent, sert aux producteurs à intégrer des circuits de revente. »Extrait » de bio à la une