Gilles Lartigot : Le pouvoir de l’alimentation

Chroniques d'un fauve dans la jungle alimentaire - Gilles Lartigot - Illustration - © Erwan STEPHANGilles Lartigot, auteur du livre Eat, témoigne de son parcours et de ses prises de conscience sur l’alimentation moderne. Il expose plusieurs faits sur l’élevage industriel et les additifs chimiques, et nous donne quelques pistes pour adopter une alimentation plus saine pour notre corps et notre esprit.

Bio à la Une : Le premier frein au bio est son prix. Inutile de le nier, il a été constaté que les produits bio sont plus onéreux que les autres. Que répondez-vous au consommateur qui argumente : “je ne mange pas bio, car c’est trop cher” ?
Gilles Lartigot :
Le bio est pour moi un terme général. Je fais une grosse différence entre l’agriculture biologique sans produit chimique qu’on va trouver dans les marchés et l’agriculture industrielle qui délivre des perturbateurs endocriniens et facteur de cancer. On peut acheter de la nourriture biologique transformée qui va coûter extrêmement cher, mais qui vient d’où ? Il faut acheter sur les marchés locaux, à des producteurs biologiques. C’est après avoir fait cette démarche qu’on s’aperçoit que ces légumes ne sont pas plus chers que leur équivalent conventionnel. Dans un deuxième temps, il faut penser à revoir son mode alimentaire. Si on décide de manger exclusivement bio tout en continuant à consommer gâteaux, soda ou plats préparés, oui, l’addition va être salée. Il est important de modifier votre mode alimentaire en commençant par intégrer plus de légumes, de légumineuses, en préparant des repas sans viande. On peut se nourrir très sainement en agriculture biologique. Il est également possible de trouver un producteur qui ne sera pas labélisé, mais qui cultivera sans produits chimiques. Il faut savoir que le label bio, en plus de coûter beaucoup d’argent, sert aux producteurs à intégrer des circuits de revente. »Extrait » de bio à la une

Ceux qui Sèment…

Mais quelle est donc cette agriculture familiale qui emploie plus de 40% des actifs du monde et produit 80% de l’alimentation mondiale ? Et à quelles conditions peut-elle répondre aux enjeux de demain? 40 étudiants en agronomie ont choisi d’y répondre en réalisant un film documentaire de 52 minutes.
En passant par l’Inde, la France, le Cameroun, l’Équateur et le Canada ce film évoque les avantages ainsi que les limites associés au caractère familial de l’agriculture. Une invitation au voyage et à la réflexion, pour un public de tout âge et tout horizon.

Pour aller plus loin, infos et débats sur: agriculturefamiliale.com
English version: vimeo.com/pierrefromentin/thosewhosow

Ceux qui sèment

Irène Grosjean ou la vie en abondance (with English subtitles)

VIVRE EN PLEINE SANTÉ, HEUREUX et CRÉATIF !

 

Image

Food, Inc. ~ 2008 Version française

Food incFood, Inc. (Les Alimenteurs au Québec) est un documentaire américain de 2008, réalisé par Robert Kenner .Food, Inc. décortique les rouages d’une industrie qui altère chaque jour notre environnement et notre santé. Des immenses champs de maïs aux rayons colorés des supermarchés, en passant par des abattoirs insalubres, un journaliste mène l’enquête pour savoir comment est fabriqué ce que nous mettons dans nos assiettes. Derrière les étiquettes pastorales de « produits fermiers », il découvre avec beaucoup de difficulté le tableau bien peu bucolique que les lobbys agro-alimentaires tentent de cacher : conditions d’élevage et d’abattage du bétail désastreuses, collusion entre les industriels et les institutions de régulation, absence de scrupules environnementaux, scandales sanitaires… Éleveurs désespérés, experts indépendants, entrepreneurs intègres et défenseurs du droit des consommateurs esquissent, chacun à leur manière, le portrait d’une industrie qui sacrifie la qualité des produits et la santé de ses clients sur l’autel du rendement.