L’âme est une fleur délicate…

Photography by Landcheyenne ~ Quote of Khalil Gibran

Pour agrandir clic droit sur la photo >ouvrir dans un nouvel onglet

Notre nature profonde par Sylvain du Boullay

Illustration Autumn Skye Morrison « HeartSpeak »

Il y a 6 mois et des poussières d’étoiles, Sylvain du Boullay nous a quitté pour le plus lumineux des voyages … Namasté

« Sylvain du Boullay, auteur et conférencier, explique comment réussir à dépasser ses peurs et à changer de vision sur notre vie quotidienne. Il nous montre pourquoi l’accueil et le lâcher prise sont fondamentaux pour mieux nous guider dans notre vie et pour appréhender le divin en nous. »

Infinite Patterns & Nature by Numbers

ETÉREA

The work of Cristóbal Vila

Silence Speaks

Land Art & Photography by longbull SG©Landcheyenne

silence speaks when words can’t

Marc Grollimund, un paysan adepte du jardin mandala

Marc Grollimund est agriculteur. Il a la particularité d’associer magnifiquement la permaculture et l’art du mandala. Il nous parle de l’abondance générée par cette association dans le jardin, et partage ses conseils pour le mettre eu œuvre à son tour.

Potager, ornemental, médicinal… Le jardin mandala ouvre de nouvelles perspectives sur l’organisation de nos cultures.
Crédit photo La ferme biologique du Bec Hellouin > https://www.fermedubec.com/

Marc Grollimund pratique et enseigne le jardin mandala depuis plus de vingt ans. « Le mandala n’est pas une nouveauté: on en trouve dans les jardins des monastères comme dans les jardins à la française où alternent cultures en ronds et en carrés. Ce n’est pas non plus un mode de culture ésotérique: le jardinier y sera confronté aux mêmes contraintes que dans un jardin classique. Mais on constate que l’organisation des cultures en mandalas favorise les synergies entre les plantes. »

Moray est un ancien centre de recherche agricole Inca élevé à 3 500 mètres d’altitude et situé à 50 km de Cusco. Ce site est situé à proximité des Salines de Maras

S’agissant des plantations, libre à vous de choisir une thématique (mandala potager, ornemental, médicinal…). Ou de croiser les genres. « Au nord, qui correspond à l’eau, on installe les plantes feuilles; à l’est/air, les fleurs; au sud/feu, les fruits et à l’ouest/terre, les légumes racines en raisonnant en termes de dominantes pour ménager les équilibres. » Ainsi, on ne met pas uniquement des plantes « feu » au sud.

« Le mandala est une composition évolutive. C’est un cheminement et il est primordial de ne pas se précipiter, conclut Marc Grollimund. Ménagez-vous des phases d’observation. L’important est que vous vous y sentiez bien. N’oublions pas que la vocation d’un mandala est de vous relier à vous-même et à l’univers… »